Vivre des décennies de plus avec une pilule?

« Une pilule miracle pourrait prolonger la vie des gens jusqu’à 23 ans », écrit le Daily Express en première page. La plupart des autres journaux ont également présenté des histoires sur un «médicament anti-vieillissement», qui contient un produit chimique fabriqué par des insectes dans le sol sur l’île de Pâques. Ils disent qu’il empêche les cellules des souris de vieillir en bloquant les protéines dommageables que l’on croit être responsables du processus de vieillissement.

La durée de vie des souris (jusqu’à ce que 90% d’entre elles soient mortes) a été prolongée jusqu’à 38% si elles étaient mesurées à partir du moment où elles ont reçu le médicament. Les journaux disent que cela soulève la possibilité qu’un médicament similaire retarde de plusieurs années le vieillissement de la population. Cependant, il est basé sur plusieurs hypothèses, telles que l’équation de 10 jours de souris à un an d’une vie humaine. La recherche soulève également la possibilité que les taux de survie pourraient varier en raison de différents régimes donnés aux souris avant qu’on leur donne le médicament.

Le médicament rapamycine a déjà été utilisé chez l’homme pour prévenir le rejet après la transplantation, mais les chercheurs affirment qu’il n’est pas homologué pour les personnes en bonne santé et qu’il peut augmenter le risque d’infections. L’intérêt principal de cette recherche est le bénéfice observé chez les souris qui ont reçu le médicament plus tard dans la vie. Cela signifie que les chercheurs ont maintenant une cible pour le développement de nouveaux médicaments visant à traiter les maladies liées à l’âge et à prolonger la vie saine chez les humains.

D’où vient l’histoire?

Cette recherche a été réalisée par le Dr David E. Harrison du Jackson Laboratory dans le Maine, États-Unis. D’autres collègues des départements et instituts de vieillissement des États-Unis ont coécrit le document, qui a été soutenu par des subventions des National Institutes of Aging et du Department of Veterans Affairs aux États-Unis. L’étude a été publiée dans Nature, la revue scientifique à comité de lecture.

Quel genre d’étude scientifique était-ce?

Cette étude animale testant la façon dont la drogue rapamycine pourrait affecter la durée de vie chez les souris spécialement élevés.

La rapamycine, qui a été découverte dans les années 1970 à la recherche de nouveaux antibiotiques, est un médicament qui inhibe la «voie de signalisation TOR». La voie de signalisation TOR a été étudiée chez les levures et les invertébrés, et elle contrôle la croissance cellulaire en activant et en inhibant les processus cellulaires importants. En laboratoire, des éléments de cette voie ont été inhibés par plusieurs facteurs, tels que les faibles niveaux d’éléments nutritifs, la caféine et la rapamycine. Les nouveaux médicaments inhibiteurs de TOR pourraient jouer un rôle dans plusieurs domaines de la maladie, en particulier dans la lutte contre le cancer.

La rapamycine est actuellement utilisée pour supprimer les systèmes immunitaires des patients qui ont subi une transplantation, afin d’empêcher leur corps de rejeter des organes. Il est également utilisé dans les opérations cardiaques, et est testé pour ses propriétés anti-cancer. Il n’est pas autorisé pour une utilisation chez les personnes en bonne santé.

La recherche a été menée sur trois sites d’essai aux États-Unis: le Jackson Laboratory, l’Université du Michigan et le Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas. Toutes les souris ont été fournies par le Jackson Laboratory, et avaient été sélectionnées pour être génétiquement uniques malgré le fait qu’elles étaient toutes des frères et soeurs. Les chercheurs disent qu’une souris âgée de 600 jours est à peu près équivalente à un humain de 60 ans. La recherche initiale, qui a débuté en 2005, a porté sur 1 960 souris.

Les chercheurs sevrés les souris sur un régime standard, spécialement formulé (souris chow) jusqu’à ce qu’ils étaient âgés de 600 jours, puis ajouté de la rapamycine à l’alimentation du « groupe nourri à la rapamycine ». Le reste, «le groupe témoin», a continué à se nourrir normalement. La rapamycine a été préparée sous forme de capsule afin qu’elle puisse passer à travers l’intestin sans être digérée hyperplasie.

Après que les souris aient été divisées en deux groupes à 600 jours, elles ont été suivies jusqu’à ce qu’elles meurent naturellement ou ont été jugées trop malades et «euthanasiées». Les chercheurs ont mesuré la survie moyenne (médiane) et le nombre de survivants jusqu’au dixième de la durée de vie prévue pour une souris. Ceci a été calculé en enregistrant le jour où 90% des souris étaient mortes. C’est une mesure de la survie maximale de la souris, mais pas la durée réelle de vie de toutes les souris.

Quels ont été les résultats de l’étude?

Les chercheurs affirment que la rapamycine prolonge la durée de vie médiane et maximale des souris mâles et femelles lorsqu’elle est nourrie à partir de 600 jours. La combinaison des résultats des trois sites d’essai a montré que la rapamycine entraînait une augmentation du temps de survie de 14% chez les femelles et de 9% chez les mâles mesurés depuis le début de l’étude jusqu’à 90% des souris. Les souris femelles témoins ont vécu 1 094 jours, ce qui a augmenté à 1 245 jours chez les femelles traitées. La durée de vie respective des hommes était de 1 078 jours, ce nombre passant à 1 179 jours avec traitement.

Les profils de la maladie ne différaient pas entre les souris témoins et les souris normales.

Quelles interprétations les chercheurs ont-ils tirées de ces résultats?

Les chercheurs disent que « ce sont les premiers résultats à démontrer un rôle pour la signalisation mTOR dans la régulation de la durée de vie des mammifères » et « l’extension pharmacologique de la durée de vie dans les deux sexes ».

Ils suggèrent que leurs résultats ont des implications pour la poursuite du développement des interventions qui ciblent la voie mTOR pour le traitement et la prévention des maladies liées à l’âge. Ils suggèrent également que la rapamycine peut prolonger la durée de vie en retardant la mort par cancer, en retardant les mécanismes du vieillissement ou en combinant les deux.

Que fait le NHS Knowledge Service de cette étude?

Cette étude a plusieurs caractéristiques intéressantes et donnera un nouvel élan à la recherche dans ce domaine. Cependant, il y a des points importants à considérer lors de l’interprétation de cette étude.

Dans l’ensemble des groupes, les souris avaient environ la même durée de vie, environ 1250 jours, et les améliorations de survie rapportées sont dues aux mesures utilisées dans cette étude et au fait que moins de souris dans le groupe traité sont mortes dans les 90% de leur vie. et est plutôt mort dans les derniers 10%. Cette différence est apparente à partir d’un examen des courbes de survie rapportées dans l’étude. Les courbes de survie indiquent simplement la proportion de souris survivant à tous les points temporels tout au long de l’étude.

En regardant ces courbes, il est apparent que dans deux des laboratoires les courbes de survie commencent à se séparer avant le point de 600 jours. Ceci suggère qu’il y avait une différence dans le nombre de souris survivantes dans les groupes témoins et traités, avant même qu’on leur ait donné le médicament actif.

C’est une découverte troublante, qui indique qu’un facteur autre que le médicament a affecté leurs taux de survie. Les chercheurs disent que cette différence était en partie due aux souris de contrôle dans les deux laboratoires recevant une formule différente de nourriture pour souris.

Sur cette base, les chercheurs disent qu’ils ne peuvent exclure la possibilité que l’amélioration de la survie parmi ces deux groupes de mâles reflète les différences de statut nutritionnel ou de santé entre les groupes témoins et rapamycine avant 600 jours, plutôt que seulement les effets de la rapamycine.

Enfin, il convient de noter qu’il s’agit d’une expérience chez la souris, par conséquent, le bénéfice d’une durée de vie plus longue trouvée dans cette étude peut ne pas se traduire directement chez l’homme. Sur cette base, la rapamycine ne devrait pas encore être considérée comme «prolongeant la vie de 20 ans». Un examen plus approfondi des durées de vie potentiellement prolongées doit également être la qualité de vie vécue au cours des années supplémentaires gagnées.