Taille du poignet «un marqueur de la glycémie»

« Les gros poignets pourraient être un avertissement de danger cardiaque pour votre enfant », selon le Daily Mail.

Le reportage est basé sur une étude italienne qui a évalué si la circonférence du poignet des enfants était associée à leur glycémie et à leur résistance à l’insuline, l’hormone qui régule la glycémie. Les scientifiques derrière la recherche suggèrent que ces facteurs pourraient être utilisés pour prédire la maladie cardiovasculaire future.

Alors que la recherche a trouvé que la taille du poignet était associée à une augmentation des niveaux d’insuline et de résistance à l’insuline, il existe plusieurs lacunes qui compromettent le lien. Par exemple, les enfants n’ont pas été suivis au fil du temps, il n’est donc pas possible de dire si avoir des poignets plus gros dans l’enfance augmente réellement le risque de maladie cardiovasculaire ou de diabète de type 2 à l’avenir. En outre, l’étude a recruté uniquement des enfants obèses et en surpoids, qui ont déjà connu des changements dans la capacité de leur corps à réguler le sucre et l’insuline qui ne se produisent pas chez les enfants de poids idéal. En bref, à partir de cette exploration initiale, il n’est pas encore clair si la taille du poignet peut être considérée comme un prédicteur utile des risques potentiels pour la santé.

D’où vient l’histoire?

L’étude a été réalisée par des chercheurs de l’Université Sapienza de Rome et a été financée par une subvention du ministère italien de l’Éducation. Il a été publié dans la revue médicale à comité de lecture Circulation.

Le titre du Daily Mail ne reflétait pas le contenu de la recherche, qui n’évaluait pas directement le risque cardiovasculaire en fonction de la taille du poignet. Cependant, les chercheurs ont dit qu’un facteur à l’étude (sensibilité réduite à l’insuline) était associé à une maladie cardiovasculaire ultérieure. Le Daily Mail a souligné de façon appropriée dans son rapport que la recherche étudiée que les enfants obèses ou en surpoids et que des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour voir si les résultats s’appliquent aux enfants de poids normal.

De quel type de recherche s’aggissait-t-il?

Il s’agissait d’une étude transversale dans un groupe d’enfants qui a examiné s’il y avait une association entre la taille du poignet et la capacité de l’organisme à répondre à l’insuline. L’insuline est l’hormone qui permet au glucose d’être prélevé dans le sang et stocké. Les personnes insensibles à l’insuline sont sujettes à une accumulation de glucose dans leur sang (hyperglycémie).

Les chercheurs voulaient savoir s’il y avait un marqueur clinique facilement détectable de résistance à l’insuline, un facteur qui pourrait potentiellement être utilisé pour identifier les enfants à risque de maladie cardiovasculaire future.

Les chercheurs suggèrent que plusieurs études ont montré que l’excès d’insuline circulante dans le sang (hyperinsulinémie) est associée à une augmentation de la masse osseuse. Ils proposent que la circonférence globale du poignet pourrait être une bonne mesure de la croissance des os en réponse aux niveaux d’insuline dans le sang, et disent que cette mesure de la taille du cadre squelettique n’est pas affectée par la variation de graisse corporelle. Ils ont donc testé s’il y avait une association entre la circonférence du poignet et la résistance à l’insuline.

Qu’est-ce que la recherche implique?

Deux groupes d’enfants en surpoids et obèses ont été recrutés, le premier entre septembre 2008 et septembre 2009 et le second entre août 2010 et novembre 2010. Les participants avaient en moyenne 10 ans et, au total, 637 ont participé.

Après avoir jeûné le matin, les enfants ont mesuré leur poids corporel, leur taille, leur tour du poignet et leur indice de masse corporelle (IMC), ainsi que les taux sanguins de glucose, d’insuline, de graisse et de cholestérol. Le deuxième groupe de participants a également mesuré le tour de taille. À partir des taux de glucose et d’insuline à jeun, les chercheurs ont pu estimer la sensibilité à l’insuline en utilisant une méthode appelée évaluation du modèle homéostatique de la résistance à l’insuline (HOMA-IR).

Pour mesurer le diamètre des os du poignet, les chercheurs ont utilisé une machine d’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour scanner les poignets de 51 des 477 participants, produisant une série de coupes transversales à la profondeur du poignet. Un radiologue a ensuite trouvé des coupes transversales anatomiquement équivalentes chez chaque participant et les a utilisées pour mesurer la zone du poignet.

Quels ont été les résultats de base?

Les chercheurs ont d’abord utilisé une technique statistique appelée régression pour déterminer combien de facteurs tels que l’insuline à jeun, les scores HOMA-IR et les taux de graisse dans le sang étaient associés à la taille du poignet et à l’IMC.

Ils ont trouvé que l’insuline à jeun et les scores HOMA-IR étaient associés à la fois à la circonférence du poignet et à l’IMC, mais que la graisse sanguine était associée à la circonférence du poignet seulement.

Les chercheurs ont ensuite examiné les données des 51 personnes ayant subi des mesures d’IRM de leurs poignets. Ils ont pu mesurer la zone de l’os du poignet et la soustraire de la zone totale de la section transversale du poignet pour estimer le tissu adipeux du poignet (graisse).

Ils ont trouvé que la zone du tissu osseux, mais pas la zone de graisse dans le poignet, était associée aux niveaux d’insuline et à leur mesure HOMA-IR.

Dans le deuxième groupe de 160 enfants, les chercheurs ont également mesuré le tour de taille. Il y avait une forte corrélation entre le tour de taille et la taille du poignet, statistiquement calculé pour avoir une valeur «r» de 0,75 (une corrélation parfaite entre les deux facteurs serait exprimée comme une valeur r de 1).

Comment les chercheurs ont-ils interprété les résultats?

Les chercheurs ont déclaré que leur mesure de la circonférence du poignet reflète la zone du tissu osseux et « est fortement corrélée avec les mesures de résistance à l’insuline dans une population d’enfants et d’adolescents en surpoids / obèses ».

Ils suggèrent également que les mesures du tour de taille chez les enfants peuvent varier en fonction du sexe, de l’origine ethnique et de la façon dont les mesures sont effectuées. Ils disent que la circonférence du poignet est «facilement accessible et mesurable» et peut être évaluée avec seulement une action minimale des patients. Ils disent aussi que la circonférence du poignet est plus susceptible d’indiquer une résistance à l’insuline que les mesures du tour de taille.

Conclusion

Cette recherche suggère que la circonférence du poignet d’un enfant peut être une mesure potentielle que les médecins pourraient prendre pour aider à prédire le risque de résistance à l’insuline. Ils disent que les associations qu’ils ont trouvées entre la circonférence du poignet et les mesures de résistance à l’insuline sont basées sur une différence dans la zone osseuse plutôt que la quantité de graisse du poignet. Cependant, il existe plusieurs limites à cette recherche, et des travaux supplémentaires sont nécessaires pour valider ces résultats:

Il s’agissait d’une étude transversale, ce qui signifie que les mesures ont été prises en même temps. Il n’est donc pas possible d’évaluer comment le système insulinique et toute mauvaise régulation de la glycémie ont affecté la croissance osseuse au cours du temps chez ces enfants.

Les participants ont tous été classés en surpoids ou obèses, mais l’étude n’a pas évalué le point dans leur enfance à laquelle ils avaient pris du poids. Un enfant qui avait pris du poids tôt dans sa vie a peut-être éprouvé un effet différent sur son développement osseux chez un enfant qui n’avait connu que récemment un gain de poids rapide.

Les mesures réelles des niveaux de glucose et d’insuline et de la résistance à l’insuline n’ont pas été rapportées dans le document de recherche. Il n’est donc pas clair si les enfants présentaient déjà une insensibilité à l’insuline cliniquement pertinente ou des taux d’insuline et de glucose particulièrement élevés, et si ceux-ci constitueraient une intolérance au glucose cliniquement définie ou un diabète de type 2.

Il n’est pas clair si ces résultats auraient une pertinence pour les enfants qui ne sont pas obèses ou en surpoids.

Les chercheurs n’ont pas mesuré si les participants ayant une grande surface osseuse présentaient également de plus gros dépôts de graisse sur leurs poignets. Ils ont estimé les dépôts graisseux sur les poignets en soustrayant la zone de l’os de la section transversale de la zone transversale totale. Cela ne prend pas en compte d’autres tissus contenus dans le poignet, par exemple, les muscles et les tendons. Les chercheurs n’ont pas non plus mesuré la variabilité de la quantité de graisse déposée aux poignets dans la population étudiée. De telles évaluations seraient nécessaires pour déterminer si la circonférence du poignet est déterminée par la zone osseuse.

Les mesures de l’os du poignet ont été prises dans un groupe relativement petit. Un suivi dans un échantillon plus large serait nécessaire pour valider les résultats rapportés.

Les chercheurs ont déclaré que le but de la présente étude était de « trouver un moyen facile de détecter le marqueur clinique de la résistance à l’insuline qui peut être utilisé pour identifier les jeunes sujets présentant un risque accru de maladie cardiovasculaire ». Encore une fois, comme il s’agissait d’une étude transversale, les participants n’ont pas été suivis au fil du temps. Cette étude n’a pas évalué si les enfants et les adolescents avec des poignets de plus grande circonférence avaient un risque accru de développer ultérieurement une maladie cardiovasculaire ou un diabète de type 2.

C’est un processus relativement simple pour évaluer les niveaux de sucre dans le sang et d’insuline en effectuant des tests sanguins. Bien que la mesure de la circonférence du poignet soit un peu plus facile, il est peu probable que la méthode soit aussi précise et les résultats devraient probablement être confirmés par des tests sanguins ultérieurs. Cela soulève la question de savoir quel bénéfice la circonférence du poignet aurait comme mesure indépendante.