Les bactéries modifiées peuvent être utiles dans le traitement du diabète

«La pilule révolutionnaire peut guérir le diabète», est le rapport complètement trompeur dans le Daily Express. Bien que les chercheurs aient réussi à utiliser des bactéries pour améliorer le contrôle du diabète chez les rats, cela ne constitue en aucun cas un remède pour les humains.

Les rats avaient un équivalent de diabète de type 1, où le pancréas ne parvient pas à produire l’insuline nécessaire à l’organisme pour réguler le glucose.

Les rats ont reçu une pilule quotidienne d’une bactérie génétiquement modifiée. Cette bactérie fabriquée secrète un composé qui convertit les cellules dans la paroi de l’intestin pour produire de l’insuline.

Après 90 jours, ces rats diabétiques étaient capables de réduire les niveaux de glucose dans le sang de la même manière que les rats sains. Alors que les rats diabétiques nourris avec un type normal de cette bactérie présentaient des taux d’insuline inférieurs de 60% et n’étaient pas capables de réduire leur glycémie de façon adéquate.

Bien que les rats diabétiques traités aient été capables de produire plus d’insuline, le niveau global d’insuline était toujours la moitié de celui des rats normaux.

Ceci est une recherche préliminaire et il y a beaucoup de questions sans réponse, telles que combien de cellules pourraient être converties au fil du temps. En outre, il convient de préciser que ce n’était pas une pilule probiotique. C’était une bactérie génétiquement modifiée.

Et, même en supposant que la bactérie artificielle puisse être utilisée sans danger chez les humains, une augmentation des taux d’insuline, bien que bienvenue, ne constitue pas un remède contre le diabète.

D’où vient l’histoire?

L’étude a été réalisée par des chercheurs de l’Université Cornell à New York et a été financée par les National Institutes of Health des États-Unis et la Fondation Hartwell. Un conflit d’intérêts a été déclaré par l’un des auteurs car il est impliqué dans une entreprise qui a autorisé cette technologie.

L’étude a été publiée dans le journal médical Diabetes.

La pilule n’est pas strictement un « probiotique » comme rapporté par les médias. Les probiotiques sont des bactéries vivantes et des levures qui sont généralement présentes dans le corps humain. Les bactéries contenues dans la pilule dans cette étude ont été génétiquement modifiées pour sécréter un composé appelé GLP-1, et on ne sait pas quels effets cela pourrait avoir si ingéré par les humains.

Toute discussion sur un remède contre le diabète est très trompeuse et peut-être irresponsable, car elle peut offrir un faux espoir aux personnes atteintes de diabète.

De quel type de recherche s’aggissait-t-il?

Il s’agissait d’une étude sur des animaux dans laquelle des rats diabétiques recevaient une pilule quotidienne d’une bactérie modifiée pour voir quel effet elle avait sur leur taux de glucose et d’insuline.

L’insuline régule le taux de glucose dans le sang et est produite par les cellules bêta du pancréas. Dans le diabète de type 1, le pancréas ne produit plus d’insuline, car les cellules bêta ont été détruites par le système immunitaire du corps, et des injections d’insuline sont donc nécessaires. Alors que les personnes atteintes de diabète de type 2 ont une réponse réduite à l’insuline, des niveaux plus élevés sont nécessaires pour maintenir une glycémie saine.

Initialement, le pancréas répond en faisant de l’insuline supplémentaire, mais au fil du temps, cela échoue. Le diabète de type 2 est géré par l’alimentation, les médicaments et, dans certains cas, l’insuline.

Des recherches antérieures ont révélé qu’un composé appelé GLP-1 peut convertir les cellules intestinales en cellules qui produisent de l’insuline. Le problème est que le GLP-1 chez l’homme se décompose rapidement dans le sang (il a une très courte demi-vie), donc le défi est de trouver un moyen de déplacer le composé dans l’intestin.

Ces expériences ont été menées sur des cellules en laboratoire. Les chercheurs voulaient savoir s’ils pouvaient trouver un moyen d’obtenir GLP-1 pour les cellules intestinales chez les rats et si ces cellules pouvaient être reprogrammées comme elles l’étaient en laboratoire.

Qu’est-ce que la recherche implique?

Les chercheurs ont conçu Lactobacillus, une bactérie habituellement présente dans l’intestin humain, pour sécréter un composé appelé GLP-1. Ils ont créé une pilule de ces bactéries et l’ont administrée à des rats atteints de diabète de type 1 pour voir s’ils pouvaient administrer le GLP-1 à la paroi intestinale. Ils ont ensuite étudié si elle changeait le type de cellules qui tapissent l’intestin afin qu’ils puissent produire de l’insuline.

Les rats atteints de diabète de type 1 ont reçu deux comprimés par jour pendant 90 jours:

Lactobacillus génétiquement modifié qui sécrètent GLP-1

Lactobacillus normal

Des rats sains ont été maintenus dans les mêmes conditions et ont reçu un placebo pour agir comme témoin.

Pour tester si le GLP-1 avait converti des cellules pour produire de l’insuline, après 51 jours, les rats ont été à jeun pendant 10 heures et ont ensuite reçu une injection de glucose. Les niveaux de glucose sanguin et d’insuline ont été mesurés après 30 minutes, une heure, une heure et demie et deux heures.

A la fin des 90 jours, les cellules qui tapissent l’intestin et le pancréas ont été examinées et le taux de bactéries intestinales a été mesuré.

Quels ont été les résultats de base?

Il n’y avait pas de différence significative dans les taux de glucose sanguin ou d’insuline chez les rats diabétiques nourris au Lactobacillus manipulé comparativement aux rats témoins en bonne santé. Alors que les rats diabétiques nourris au Lactobacillus normal présentaient une glycémie plus élevée et des taux d’insuline sanguins plus bas, comme on pouvait s’y attendre.

Le niveau d’insuline dans les intestins des rats nourris au Lactobacillus manipulé était plus de cinq fois plus élevé que celui des autres groupes de rats. Ces rats avaient des cellules sécrétant de l’insuline dans leurs intestins qui avaient des caractéristiques de cellules bêta (les cellules qui produisent de l’insuline dans le pancréas). Ces cellules semblaient produire de l’insuline en réponse au glucose. En moyenne, 0,06% des cellules intestinales ont été converties pour sécréter de l’insuline.

Les rats nourris au Lactobacillus manipulé avaient 60% plus d’insuline totale que ceux nourris avec du Lactobacillus normal.

Le niveau global était la moitié de celui des rats témoins.

Comment les chercheurs ont-ils interprété les résultats?

Les auteurs ont conclu que l’alimentation des rats diabétiques par les bactéries génétiquement modifiées peut les amener à produire de l’insuline en réponse à l’ingestion, ce qui a considérablement réduit leur glycémie. Ils disent que cela semble avoir été produit à partir de cellules dans l’intestin qui avaient été transformées à partir de cellules intestinales normales en cellules sécrétrices d’insuline. Les chercheurs demandent que davantage de travail soit fait pour bien comprendre le mécanisme impliqué.

Conclusion

Cette recherche animale a montré qu’une pilule de Lactobacillus génétiquement modifiés peut convertir les cellules qui tapissent l’intestin en cellules qui produisent de l’insuline chez les rats. Cette conversion a été faite en stimulant les cellules avec un composé appelé GLP-1 qui a été sécrété par ces bactéries modifiées qui sont habituellement présentes dans l’intestin humain.

Les chercheurs ont pu démontrer que les cellules avaient changé de fonction pour ressembler davantage aux cellules bêta qui produisent habituellement de l’insuline dans le pancréas. Ils ont également montré que l’insuline réduisait la glycémie des rats à celle des rats témoins.

Il y a un certain nombre de questions qui doivent être adressées avant que cette nouvelle technique progresse aux études de primate sur la longue route pour devenir un traitement pour n’importe quelle forme de diabète. Au cours des 90 jours, 0,06% des cellules intestinales ont été converties, mais on ne sait pas si cette proportion augmentera avec le temps et si cela dépend de la dose de bactéries administrée. On ne sait pas non plus si ces cellules ont besoin de bactéries quotidiennes pour continuer à se comporter comme des cellules du pancréas ou si le changement est permanent et les cellules peuvent se renouveler.

Il existe également des questions sans réponse sur l’effet que pourrait avoir un nombre réduit de cellules intestinales normales sur la fonction de l’intestin. Enfin, il faudra déterminer comment un tel renouvellement cellulaire est contrôlé afin qu’il ne passe pas en overdrive et ne produise pas trop de cellules productrices d’insuline.

Dans l’ensemble, les résultats de cette recherche préliminaire sont encourageants dans la recherche d’un remède possible contre le diabète, même s’il est encore loin.