Scie sauteuse et diagnostic de démence

Selon la BBC, « une mémoire défaillante n’est peut-être pas le premier signe de la maladie d’Alzheimer », une étude a montré que « les compétences spatiales, telles que lire une carte ou compléter une scie sauteuse, semblent être les premières à faiblir » Les chercheurs ont constaté que ces compétences semblaient diminuer considérablement jusqu’à trois ans avant que la maladie ne soit diagnostiquée avec les méthodes actuelles.

Derrière ce rapport est une étude de cohorte rétrospective de plus de 400 personnes, dont certaines ont développé la maladie d’Alzheimer. Avant qu’ils ne soient diagnostiqués, des mesures périodiques des fonctions mentales y compris la mémoire de travail, la mémoire verbale et les capacités visuo-spatiales ont été prises. Ces enregistrements ont identifié des moments dans le temps où les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont montré des diminutions rapides de ces compétences qui différaient du cours du vieillissement normal.

Il est trop tôt pour conclure que cela peut être utilisé dans le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Plus de recherches devront établir si l’évaluation de la capacité visuospatiale améliore le diagnostic, et en particulier à quel point la détérioration des compétences en lecture de cartes et en scie sauteuse peut servir d’indicateurs de la maladie.

D’où vient l’histoire?

La recherche a été réalisée par le Dr David Johnson et ses collègues de l’Université du Kansas et de l’École de médecine de l’Université de Washington. Il a été financé par l’Institut national sur le vieillissement, National Institutes of Health et publié dans le journal médical (révisé par les pairs) Archives of Neurology.

Quel genre d’étude scientifique était-ce?

Les chercheurs affirment qu’il est difficile de détecter les premiers signes de la maladie d’Alzheimer. Dans cette étude, ils ont étudié s’il y avait des signes évidents de la maladie avant les stades auxquels la maladie d’Alzheimer est actuellement diagnostiquée cliniquement.

Dans cette étude de cohorte rétrospective, les chercheurs ont examiné les données de 444 volontaires décédés âgés de 60 à 101 ans. Les bénévoles étaient inscrits au Centre de recherche sur la maladie d’Alzheimer entre le 1er octobre 1979 et le 31 décembre 2006. Les participants étaient en bonne santé au moment de leur première évaluation à l’inscription. Avant la fin de l’étude en novembre 2007, tous les volontaires avaient au moins une évaluation clinique supplémentaire.

Les évaluations cliniques impliquaient des entrevues avec le participant et une autre personne, habituellement son conjoint ou son enfant adulte. Un diagnostic de démence était basé sur les scores de l’échelle de la démence clinique, qui prend en compte le début du déclin cognitif et la façon dont il interfère avec la vie quotidienne. D’autres facteurs tels que les antécédents médicaux, les médicaments et l’examen neurologique ont également contribué au diagnostic. Ces évaluations ont eu lieu chaque année.

De plus, une série complète de tests psychométriques ont été administrés aux patients une ou deux semaines après leur examen clinique. Cette évaluation a impliqué des tests de mémoire et d’apprentissage ainsi que des tests de capacité visuo-spatiale (capacité à interpréter les relations spatiales entre les objets).

Certains cerveaux étaient disponibles pour l’autopsie et des échantillons ont également été examinés pour confirmer si la démence était due à la maladie d’Alzheimer shunt.

Des techniques complexes de modélisation statistique ont été utilisées pour étudier le taux de déclin de divers paramètres mesurés chez les personnes ayant évolué vers la démence. Ceux-ci comprenaient la capacité visuo-spatiale, la mémoire de travail, la mémoire verbale et tous ces facteurs ensemble. Cela a été fait pour évaluer lequel de ces facteurs a changé avant le diagnostic clinique de la maladie d’Alzheimer.

Quels ont été les résultats de l’étude?

Au cours de l’étude, 310 hommes (37%) sont restés stables tandis que 134 (34%) ont évolué vers une «démence incertaine» ou la démence d’Alzheimer. Certains autres hommes ont progressé vers la démence non-Alzheimer (comme la démence vasculaire), mais ils ont été exclus d’une analyse plus poussée, ce qui explique pourquoi les pourcentages ci-dessus ne totalisent pas 100%.

Dans l’ensemble, ceux qui ont progressé vers la démence avaient moins d’éducation et étaient plus âgés au début de l’étude. Le changement dans la mémoire et les capacités visuo-spatiales qui accompagne le vieillissement normal était similaire entre les deux groupes jusqu’à un point où, pour ceux qui ont ensuite développé une démence, il y avait un déclin rapide de ces mesures. Un an avant le diagnostic, il y avait un net déclin de la mémoire de travail et de la mémoire verbale. Deux ans avant le diagnostic, il y avait une baisse évidente du facteur global (toutes les données prises en compte). Trois ans avant le diagnostic, il y avait une baisse évidente de la capacité visuo-spatiale.

Des résultats similaires ont été observés dans le sous-groupe de 44 personnes chez qui le diagnostic de MA avait été confirmé lors de l’autopsie, bien que les personnes ayant un diagnostic confirmé par l’autopsie présentaient des taux plus élevés de déclin de ces compétences.

Quelles interprétations les chercheurs ont-ils tirées de ces résultats?

Les auteurs concluent que leur étude démontre un tournant décisif du vieillissement normal à la maladie d’Alzheimer préclinique chez ceux qui développent cette forme de démence. Ils disent que certains des premiers signes de maladie préclinique peuvent survenir lors de tests de compétences psychomoteurs visuospatiales et accélérées.

Que fait le NHS Knowledge Service de cette étude?

Cette étude de cohorte rétrospective démontre le déclin de diverses compétences cognitives qui précède un diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Fait important, il montre que la capacité visuospatiale, testée ici par des tests psychométriques établis, a un déclin plus abrupt que la normale trois ans avant le diagnostic clinique d’Alzheimer.

Il y a plusieurs points importants à considérer lors de l’interprétation de ces résultats:

Malgré ce qui a été rapporté dans les journaux, des tâches telles que la lecture de carte et la maîtrise des puzzles n’ont pas été explicitement étudiées par cette étude. Les participants à cette étude ont effectué une série de tests psychométriques établis dans un environnement de recherche. Il faudra plus de recherche pour comprendre à quel point les tâches simples dans la vie quotidienne reflètent cela.

L’étude était assez petite et limitée à un groupe de personnes inscrites dans un centre de recherche aux États-Unis. Son lien direct avec la pratique clinique et la façon dont les gens sont testés et diagnostiqués pour la démence au Royaume-Uni n’est pas clair.

Sans aucun doute, plus de recherche suivra ces résultats et peut conduire à l’établissement de tests spécifiques qui examinent les compétences visuospatiales dans le cadre d’un ensemble de tests qui font partie du diagnostic clinique de cette maladie.

Un test qui pourrait détecter avec précision la démence à un stade précoce serait utile, et d’autres recherches dans ce domaine suivront. À l’heure actuelle cependant, il n’y a pas assez de preuves qu’un test de compétences visuo-spatiales, ou des problèmes avec des tâches moins formelles telles que la réalisation de scies sauteuses ou de lecture de carte, peuvent diagnostiquer ou prédire avec précision la maladie d’Alzheimer.

L’optimisme peut-il aider votre vision?