Addiction à la cocaïne et gènes

Les scientifiques ont découvert un gène qui augmente le risque de dépendance à la cocaïne, selon une histoire en première page dans The Guardian hier. Ils prétendent que la découverte pourrait mener au criblage génétique du «gène CAMK4» afin d’identifier les personnes les plus à risque.

Les chercheurs à l’origine de l’étude ont examiné le rôle du gène chez des souris normales et génétiquement modifiées, puis ont analysé l’ADN de «670 cocaïnomanes et de plus de 700 non-utilisateurs appariés». Ils ont constaté que «les toxicomanes étaient 25% plus susceptibles de porter le gène que les personnes qui n’utilisaient pas de cocaïne».

La force de cette étude est qu’elle a non seulement trouvé que le gène peut affecter les comportements liés à la cocaïne chez les souris, mais a également montré un lien entre une variation de ce gène et la dépendance à la cocaïne chez les humains.

Cependant, la dépendance à la cocaïne est affectée par une variété de facteurs, à la fois environnementaux et génétiques, et plus d’un gène est susceptible de jouer un rôle. À l’heure actuelle, il est peu probable que le dépistage de ce gène variant soit très utile pour identifier les personnes les plus à risque de dépendance, car la variante est relativement courante dans la population, même chez les personnes sans dépendance à la cocaïne.

D’où vient l’histoire?

Le Dr Ainhoa ​​Bilbao et des collègues de l’Institut central de la santé mentale de Mannheim, en Allemagne, et d’autres centres de recherche en Allemagne, au Brésil, en Espagne et au Royaume-Uni ont mené cette recherche.

L’étude a été financée par le National Genome Research Network, les organisations de recherche Deutsche Forschungsgemeinschaft, EU / IMAGEN et EU / PHECOMP. L’étude a été publiée dans la revue scientifique à comité de lecture, Proceedings of the National Academy of Sciences des États-Unis.

Quel genre d’étude scientifique était-ce?

Cette étude comprenait une étude chez l’animal chez la souris, suivie d’une étude cas-témoin chez l’homme. Dans l’ensemble, l’étude visait à déterminer si le gène Camk4 joue un rôle dans la dépendance.

Ce gène contient des instructions pour la cellule sur la façon de produire la protéine CaMKIV, qui joue un rôle important dans l’activation d’autres gènes en réponse à divers stimuli. Ce processus provoque des changements dans les cellules nerveuses du cerveau associées à l’apprentissage et à la mémoire.

La dépendance a été liée à des changements dans certaines régions du cerveau appelées le striatum et le noyau accumbens, et les chercheurs avaient une théorie selon laquelle la protéine CaMKIV pourrait jouer un rôle dans ces changements.

Les chercheurs ont génétiquement modifié les souris de sorte qu’il leur manquait une copie de travail du gène Camk4, empêchant les cellules de la souris de produire la protéine CaMKIV. Ils ont ensuite injecté de la cocaïne aux souris normales et aux souris qui n’avaient pas le gène Camk4, et ont examiné les gènes qui étaient activés dans la région du striatum du cerveau.

Ils ont également observé le comportement des deux groupes de souris lors de l’injection de cocaïne. Les injections ont été répétées chaque jour pendant 5 jours. Les souris ont de nouveau été injectées aux jours 12 et 19 et leur comportement a été observé. Les chercheurs ont également effectué des tests pour déterminer si les souris dépourvues de la protéine CaMKIV et les souris normales différaient dans leur comportement de recherche de cocaïne après avoir été exposées à la cocaïne.

Pour l’étude humaine, les chercheurs ont obtenu des échantillons d’ADN de 670 utilisateurs de cocaïne (cas) et de 726 personnes non dépendantes de la cocaïne (témoins) du Brésil. Ils ont ensuite examiné les sites dans et autour du gène CAMK4 dans les cas et les contrôles. Le gène CAMK4 est la forme humaine du gène Camk4 trouvé chez la souris, mais il est toujours écrit en majuscules pour l’identifier comme un gène humain.

Les chercheurs ont analysé si des variantes génétiques particulières étaient plus ou moins fréquentes dans les cas que les contrôles. Dans leur analyse, ils ont pris en compte l’origine ethnique différente des cas et des témoins, étant donné que différents groupes peuvent avoir des profils génétiques différents.

Quels ont été les résultats de l’étude?

Les chercheurs ont découvert que l’élimination du gène Camk4 chez les souris ne provoquait pas de changements majeurs dans les autres gènes qui sont normalement activés en réponse à la cocaïne dans le cerveau. Les souris dépourvues du gène Camk4 étaient plus sensibles à la cocaïne, montrant une plus grande augmentation de l’activité dans les 10 minutes après l’injection de cocaïne que les souris normales.

Lorsque les injections ont été répétées quotidiennement pendant 5 jours, les souris normales ont montré un niveau d’activité croissant en réponse aux injections, ce qui montre qu’elles devenaient progressivement plus sensibles à la cocaïne. Cependant, les souris dépourvues du gène Camk4 n’ont pas montré de changement dans leur niveau d’activité entre les première et cinquième injections foetus.

Lorsqu’elles ont été injectées aux jours 12 et 19, les souris dépourvues du gène Camk4 ont à nouveau montré une plus grande sensibilité à la cocaïne et à l’activité que les souris normales. Camk4 -lacking souris ont également montré un comportement de recherche de cocaïne plus élevé que les souris normales.

Enfin, les chercheurs ont comparé le gène CAMK4 chez l’homme chez des personnes avec et sans addiction à la cocaïne. Ils ont trouvé qu’une variation sur un site génétique appelé «rs919334» était plus fréquente chez les personnes ayant une dépendance à la cocaïne (cas) que chez celles sans (contrôle). Environ 50% des personnes ayant une addiction à la cocaïne portaient deux copies de cette variante, tandis que 40% des personnes sans dépendance à la cocaïne étaient présentes.

Quelles interprétations les chercheurs ont-ils tirées de ces résultats?

Les chercheurs ont conclu que leurs résultats montrent « l’activité de CaMKIV [protéine] régulée sensibilité à la cocaïne chez les animaux de laboratoire et chez l’homme ».

Que fait le NHS Knowledge Service de cette étude?

Cette étude a identifié un rôle potentiel de la protéine CaMKIV dans la dépendance à la cocaïne. La force de cette étude est qu’elle a montré que l’élimination de CaMKIV peut avoir un effet sur le comportement de recherche de cocaïne chez les animaux, ainsi que de montrer qu’une variation du gène chez les humains est associée à la dépendance à la cocaïne.

Le fait qu’une personne développe ou non une dépendance à la cocaïne dépendra de divers facteurs, environnementaux et génétiques, et plus d’une variante génétique jouera probablement un rôle. Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour déterminer si la variante identifiée affecte la fonction du gène Camk4 et pour déterminer si cette information pourrait aider à développer des approches pour traiter la dépendance à la cocaïne.

À l’heure actuelle, les traitements disponibles pour l’abandon de la cocaïne et des stimulants comprennent le conseil spécialisé en matière de drogues et le soutien social, et des informations sur ces médicaments peuvent être fournies par les équipes locales d’action antidrogue.

Sir Muir Grey ajoute …

Pour toutes les dépendances, y compris le tabac, il existe un équilibre entre les facteurs génétiques et environnementaux; Certaines personnes sont plus susceptibles que d’autres en raison de leur constitution génétique, mais tout le monde est à risque.