Les menaces de mort des gauchistes déséquilibrés n’ont rien fait pour influencer le résultat du Collège électoral; les électeurs ont ignoré les idiots et ont fait leur devoir

Dans les semaines qui ont suivi la victoire de Donald J. Trump sur son adversaire démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, deux fois perdant, en remportant des majorités dans des Etats qui n’ont pas voté pour un républicain depuis des décennies, la gauche en colère a fait des heures supplémentaires pour intimider anionique. menacer les membres du Collège électoral de changer leur vote et de nier la victoire légitime du milliardaire.

Lundi, cependant, ils ont de nouveau échoué, car la majorité des électeurs GOP ont fait leur devoir et a choisi Trump pour être le 45e président des États-Unis.

Mais même jusqu’au dernier jour – lundi 19 janvier – où les votes devaient être votés, les électeurs étaient assiégés par les médias dits «dominants», par les universitaires de gauche, par les institutions juridiques et par les financiers milliardaires qui a aidé à financer toute la violence de l’été contre les partisans de Trump.

Les électeurs à sens unique ont été ciblés jusqu’à la fin, y compris la plantation de fausses nouvelles et de faux sondages. Par exemple, un « sondage » YouGov montre que plus de la moitié des Américains, soit 52%, souhaitaient que le vote du collège électoral soit retardé jusqu’à ce que les électeurs puissent être « informés » des supposées « informations » selon lesquelles la Russie aurait « piraté » .

Comme noté par Hot Air, le sondage était biaisé (intentionnellement) parce que les questions étaient faussées (intentionnellement). D’une part, l’interrogatoire n’a même pas permis d’expliquer exactement ce que Moscou a été accusé de faire ou ce que Moscou aurait fait exactement pour influencer le résultat des élections du 8 novembre. Au début, l’histoire était, « fausses nouvelles » plantées dans des sites « médias alternatifs » par « propagandistes russes » est ce qui a détruit les chances de gagner Clinton et a aidé Trump. Lorsque ce mensonge a été révélé comme complètement inventé, le mensonge suivant est devenu: «Les Russes ont piraté l’élection». Pourtant, personne n’a jamais pris la peine d’expliquer comment cela s’est passé et ce que Moscou a réellement fait pour modifier le résultat final des élections.

Les menaces et l’intimidation des électeurs devraient faire l’objet d’une enquête et être poursuivies

De plus, ces pourvoyeurs de haine et de mécontentement sont allés jusqu’à menacer la vie de certains électeurs, ce qui semble illogique à première vue, mais aussi enfreindre les règles fédérales contre l’intimidation des électeurs. Si menacer quelqu’un de sa décision d’honorer sa promesse de voter pour un président élu n’est pas une intimidation de l’électeur, alors cela n’existe pas. Espérons que l’arrivée de la loi et l’administration de Trump rectifieront ce problème avec quelques arrestations et poursuites.

L’Associated Press a rapporté lundi qu’il n’était pas probable que Trump se verrait refuser le bureau ovale; un seul électeur du GOP, Chris Suprun du Texas – qui n’est rien d’autre qu’une fraude massive et n’est pas un « premier répondant » du 11 septembre « au Pentagone, comme il le prétendait – avait déclaré publiquement qu’il changerait son bulletin de vote. Compte tenu de ses mensonges sur son passé, il est tout à fait évident que ce soit quelqu’un sans beaucoup d’intégrité en premier lieu.

Pourtant, c’est l’effort de discréditer à la fois Trump et les résultats électoraux qui est le plus troublant – pas seulement pour la nouvelle administration, mais pour le pays en général. Nous ne voulons pas donner l’impression que, parce qu’une partie a perdu l’élection, l’autre partie n’a pas la légitimité et l’autorité morale de gouverner. Pourtant, la gauche essaie de créer cette impression en utilisant l’argument selon lequel Trump n’est pas légitime parce qu’il a perdu le vote populaire.

Il a perdu le vote populaire – d’environ 2,5 millions de voix. Tout ce qui était en Californie. Alors qu’est-ce que cela signifie? Dans ce cas, selon James E. Campbell, éminent professeur de science politique à l’Université de Buffalo-SUNY, cela signifie que le système des collèges électoraux a fonctionné exactement comme nos fondateurs l’avaient imaginé.

Hé, pleurnicheurs de gauche: Notre système électoral fonctionnait comme les fondateurs imaginaient

La gauche prétend que le «créateur» des CE, Alexander Hamilton, croyait que les électeurs ne devraient pas être liés par la Constitution au vote populaire s’ils le considéraient comme un imbécile ou autrement incapable de présider n’est pas le cas de Trump malgré l’affirmation de la gauche selon laquelle il est inapte). Mais ce que Hamilton a également envisagé comme rôle pour le collège électoral, c’est qu’il donnerait une voix égale aux petits États. Hamilton explique:

L’élection de Donald Trump est difficile à accepter pour beaucoup d’Américains, mais il n’y a pas de bonne raison de remettre en question sa légitimité démocratique. Pour le meilleur ou pour le pire, Trump a gagné la présidence par des règles démocratiques constitutionnelles et sensées qui ont guidé les deux campagnes et étaient connues de tout citoyen politiquement conscient. Il a également remporté le vote populaire national à l’extérieur de l’unique État de Californie. De plus, Clinton a remporté tous les 55 votes électoraux de la Californie malgré le fait que 4,3 millions des électeurs de l’État ont voté pour Trump. Ce grand avantage gagnant-gagnant pour les Démocrates de Californie et Clinton était certainement ressenti, mais cela ne suffisait pas pour compenser ses pertes dans de nombreux autres États. Sous notre système de vote électoral, les électeurs américains ont élu un président national, pas le choix de la Californie.

En d’autres termes, le fait que la Californie soit un grand État ne lui confère pas l’autorité de choisir littéralement nos présidents. En outre, si nous n’avions pas de collège électoral et que les présidents étaient élus par le vote populaire, Clinton et Trump auraient tous deux fait campagne différemment au lieu de se concentrer uniquement sur les «États du champ de bataille».

Maintenant que Trump a été dûment récompensé du prix présidentiel qu’il a remporté le 8 novembre, la gauche pathétique, aigrie et puérile ne va pas simplement «partir» et lui permettre de gouverner. Ils continueront à l’entraver, le défier et le miner à chaque tournant. Attendez-vous à plus de stridences, plus de folie et plus de menaces.